L’EMB en audience au Vatican

12642846 1720937031454478 5161985117933238721 nLe pape François conforte les producteurs de lait dans leur lutte pour une agriculture équitable et durable

(Rome, le 27 janvier 2016) En quête de solidarité dans la situation difficile qu'ils traversent, les éleveurs laitiers européens se sont trouvé un saint patron hors du commun. 140 membres de l'European Milk Board ont été reçus aujourd'hui en audience par le pape et lui ont demandé son soutien. Des éleveurs laitiers venus de toute l'Europe – de la France à la Lituanie – se sont rendus à Rome afin d'y recevoir la bénédiction papale pour eux, leurs familles et leur métier.

 

« Nous, les éleveurs laitiers, nous reconnaissons dans les propos du pape », déclare Romuald Schaber, président de l'European Milk Board. « La modestie, la durabilité et le respect de ce que la nature donne aux hommes sont des vertus que nous vivons au quotidien. La bénédiction du pape François a une grande valeur à nos yeux et nous conforte dans notre lutte. »

Au début décembre, lors du début de l'Année sainte, le pape François a prononcé la formule « Ouvrez-moi les portes de la justice » et ouvert la Porte sainte, murée depuis 15 ans. Les producteurs de lait réclament également la justice. Ils sont le premier maillon de la chaîne alimentaire, et le plus faible ; ils doivent depuis longtemps lutter pour leur survie financière avec des prix du lait extrêmement bas. Les prix au producteur ont chuté de 30 à 40 % en Europe, en raison d'une surproduction politiquement motivée. Dans de nombreux pays, ils n'atteignent plus que 25 centimes par litre de lait, alors que les coûts de production dépassent les 40 centimes. À l'opposé, la distribution et les grands groupes laitiers engrangent des profits considérables.

Les éleveurs laitiers européens se trouvent dans une situation extrêmement difficile. Le monde politique refuse de voir les abus qui régissent le marché du lait. « Les décideurs européens doivent enfin mettre en œuvre le Programme de responsabilisation face au marché (PRM), élaboré par l’EMB, capable d’empêcher la surproduction. Ce n’est qu’ainsi que les producteurs de lait pourront vivre de leur travail », réclame Sieta van Keimpema, vice-présidente de l’EMB.

Le pape a dénoncé à plusieurs reprises l’injustice du système économique actuel et a sévèrement critiqué le néolibéralisme. Aujourd’hui, avec sa surproduction et son orientation à l’export, la politique de l’Union européenne détruit des exploitations laitières en Europe et dans les pays en voie de développement. Les grands groupes européens s’efforcent actuellement de prendre pied sur les marchés du lait des pays en voie de développement et de supplanter tôt ou tard la production locale. Cela crée de la pauvreté – un sujet auquel le pape accorde aussi beaucoup d’importance.Roberto Cavaliere, de l’APL Italie, s’est dit très impressionné par l’entretien avec le souverain pontife. « Le pape François s’engage résolument contre les abus. Nous devons nous montrer aussi dérangeants et combatifs dans la poursuite de notre lutte. Nous avons besoin de meilleures conditions cadres pour le marché du lait, afin que nos familles aient un avenir et qu’une agriculture durable devienne possible.

» Contacts :Président de l’EMB, Romuald Schaber (DE) : +49 (0)160 352 4703
Service de presse de l’EMB, Regina Reiterer (DE, EN, FR) : +32 (2)808 1935

Les paysannes et les paysans qui ont fait le déplacement à Rome sont:

Max Fragnière, président de la section d'Uniterre Fribourg, 0266523076

Fabienne Tâche, de la section Fribourg d'Uniterre, 0797636083

Cécile Mettraux, de la section Fribourg d'UNiterre, 0219077517

La letttre que la délégation d'Uniterre a remise au Pape aujourd'hui

Très cher Saint Père,

La délégation suisse d'EMB est composée, entre autres, de membres d'UNITERRE, petit syndicat paysan indépendant qui fait partie d'EMB. Les 3 délégués d'UNITERRE sont également membres de l'ACAR (Action Chrétienne Agricole et Rurale) et à ce titre sont engagés dans leurs communautés paroissiales ainsi qu'au niveau international à la FIMARC (Fédération Internationale des Mouvements d'Adultes Ruraux Catholiques).
Nous tenons tout d'abord à vous remercier pour votre encyclique Laudato-Si qui a retenu toute notre attention ligne après ligne. Nous, qui venons de la terre, avons pu la comprendre et nous tenons à vous en remercier. Votre analyse nous redonne confiance et surtout elle correspond aux valeurs que nous défendons depuis 50 ans au sein de la FIMARC, de l'ACAR et d'Uniterre notamment dans nos recherches de solutions concrètes pour résoudre le problème de la faim dans le monde et plus particulièrement des ruraux. Nous sommes profondément touchés que vous ayez pris à cœur ce sujet si indispensable à la survie des êtres humains toutes religions confondues. Vous vous êtes entouré d'experts et avez particulièrement bien su retransmettre l'importance de la terre comme bien commun et la dérive de l'argent qui mène à bon nombre d'abus aussi bien dans le monde alimentaire que le monde en général.
Constater que, de plus en plus de personnes, dont vous-mêmes, ont conscience du monde d'aujourd'hui et de la nécessité d'actions pour notamment lutter contre la faim nous stimule dans notre foi, dans nos actions pour la terre, l'écologie, l'humanité et la « Création ». Votre voix a une très grande importance non seulement pour nous, chrétiens, mais aussi pour les citoyens du monde, vous êtes porteur de Foi mais aussi d'Espoir.
Au niveau de l'agriculture en général et de la production du lait en particulier, la situation est catastrophique en Europe comme en Suisse. Les prix payés ne tiennent pas compte des coûts de production sans compter une marge permettant de dégager un salaire pour le travail fourni. Il n'y a pas de régulation des quantités par les producteurs, régulation qui seule permettrait de lutter contre la surproduction et les baisses de prix en découlant. Au moment où les contingents ont été abandonnés en Suisse, les organisations de producteurs n'étaient pas prêtes à prendre en charge la gestion de ce marché du lait. Les producteurs, désunis, ont laissé les industries prendre le contrôle et augmenter les quantités pour leur profit propre au détriment d'une rémunération correcte des paysan(ne)s. Aujourd'hui c'est solidairement que nous nous joignons à nos collègues européens dans ce combat pour notre survie tout comme nous l'avons déjà fait le 7 septembre dernier à Bruxelles.
Dans la recherche de solutions concrètes pour nourrir les populations et les paysans eux-mêmes ainsi que pour permettre à l'agriculture familiale paysanne de survivre, Uniterre a lancé une initiative pour la Souveraineté alimentaire selon le concept de la Via Campesina, regroupement de paysans international. Cette initiative, qui doit réunir 100'000 signatures pour pouvoir être proposée en votation en Suisse, vise à :
• préserver les ressources naturelles, les terres agricoles, protéger les semences et interdire les OGM (organismes génétiquement modifiés) dans l'agriculture suisse.
• assurer une agriculture d'avenir pour les jeunes, avec des prix rémunérateurs, des revenus équitables pour les paysan(nes) et les employé(e)s agricoles
• instaurer une transparence des marchés pour les consommateurs comme pour les producteurs, pour le renforcement des circuits courts, la promotion de la vente directe producteurs-consommateurs, la traçabilité des produits ainsi que la réduction des transports et de la pollution.
• mettre en place un commerce international plus équitable par le biais des droits de douane pour une meilleure régulation et l'interdiction des subventions à l'exportation qui permettent de casser des marchés locaux dans d'autres pays.
• ...
Cette initiative est compatible Nord-Sud et nous semble pouvoir répondre au problème de la faim dans le monde par le biais de cette agriculture paysanne familiale créatrice d'emplois et d'espoir pour les familles paysannes. Il nous manque encore des signatures mais nous espérons vraiment aboutir et servir d'exemple pour d'autres pays.
Nous vous en joignons le texte intégral et sommes prêts à répondre à vos questions si nécessaire. Nous sommes joignables au no de tél. 0041 79 763 60 83 ou par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou encore à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Nous souhaitons que vous puissiez par, vos prières, apporter de la force à cette mise en mouvement pour améliorer la situation des ruraux. Nous souhaiterions également que vous puissiez inviter l'Eglise à soutenir cette marche notamment par le biais de vos évêques qui n'osent pas toujours nous rejoindre dans le concret de nos actions.
En vous remerciant de l'attention que vous avez porté à la présente, nous vous remercions de votre engagement au service des chrétiens et du monde,

Bien en pensées et en prières avec vous,

Max Fragnière,
comité directeur d'Uniterre, membre de l'ACAR

Cécile Mettraux,
membre d'Uniterre et animatrice ACAR

Fabienne Tâche,
membre d'Uniterre, coordinatrice de l'initiative canton de FR, membre de l'ACAR

La lettre en format PDF > ici

Video sur youtube 

Télécharger l'encyclique complète en francais > ici