Halte au copinage: Manifestation devant le siège de PSL

Action PSL 127.04.2017. La situation sur le marché laitier est intenable ! L’organisation faîtière des Producteurs Suisses de Lait est devenu une assistance à l’euthanasie. Les prix continuellement bas ruinent la production laitière. Les productrices et producteurs laitiers ont besoin d’une organisation légitime et démocratique qui défende leurs intérêts. La Fédération des Producteurs Suisses de Lait (PSL) doit appartenir aux paysannes et aux paysans ! Nous sommes fiers car nous produisons sur nos fermes un aliment de valeur, de qualité ! Nous refusons de nous mettre à genou devant les acheteurs qui ont besoin de notre lait !

 

Dans sa composition actuelle l’organisation des PSL est incapable d’assumer son rôle de représentation des intérêts des producteurs de lait dans le marché laitier. Elle intègre dans son travail les revendications du commerce de lait et de la transformation. Ça ne marche pas ! Pour cette raison nous demandons la démission et l’exclusion de tous les membres du comité qui ont des mandats dans des organisations de commerce ou de transformation de lait ! Il est en effet impossible de réunir sous une même casquette la représentation des producteurs et du commerce de lait, c’est pourquoi il faut une séparation stricte. Deux tiers des membres du comité de PSL ont actuellement ou ont eu des mandats dans des organisations de commerce de lait ou même de l’industrie de la transformation.

L’organisation des producteurs doit exiger des contrats laitiers qui fixent au moins la quantité, la qualité et le prix pour une année, comme l’exige la loi.

Le prix du lait doit couvrir les coûts de production (Fr. 0.67/kg de lait seul coût matériel) et rémunérer équitablement le travail du paysan. Nous ne voulons pas d’un prix du lait de dumping indicatif fixé sur des critères politiques! Qui accepterait de fixer un salaire indicatif suisse sur la base du salaire minimal européen plus 10% de Swissness?

Nous avons enfin besoin d’une organisation paysanne qui défende la solidarité paysanne, qui défende sérieusement les intérêts des producteurs de lait, qui mette en place une gestion des quantités, revendique des prix équitables (1.-Fr./kg) et veille à leur application.

Contacts presse:

Rudi Berli 078 70 77 883 (dt./fr.)

Claude Demierre 079 347 90 60 (fr.)

____

Revue de presse:

http://www.24heures.ch/suisse/production-laitiere-suisse-souffre/story/28441218

https://www.schweizerbauer.ch/politik--wirtschaft/kampf-um-milchpreis/uniterre-milchfilz-stoppen-35006.html

 https://www.bauernzeitung.ch/news-archiv/2017/den-milchfilz-stoppen/

 

Action PSL 3

Action PSL 2

______

Halte au copinage !

Uniterre a organisé une action symbolique devant le siège de PSL. Des chasseurs de fantômes ont expulsé de l’organisation de producteurs de lait les esprits portant des doubles casquettes ! (voir liste)

La situation sur le marché laitier est intenable ! L’organisation faîtière des Producteurs Suisses de Lait est devenue une assistance à l’euthanasie. Les prix continuellement bas ruinent la production laitière. Les productrices et producteurs laitiers ont besoin d’une organisation légitime et démocratique qui défende leurs intérêts. La Fédération des Producteurs Suisses de Lait (FPSL) doit appartenir aux paysannes et aux paysans ! Nous sommes fiers car nous produisons sur nos fermes un aliment de valeur, de qualité ! Nous refusons de nous mettre à genoux devant les acheteurs qui ont besoin de notre lait !

Dans sa composition actuelle l’organisation de PSL est incapable d’assumer son rôle de représentation des intérêts des producteurs de lait dans le marché laitier. Elle intègre dans son travail les revendications du commerce de lait et de la transformation. Ça ne marche pas ! Pour cette raison nous demandons la démission et l’exclusion de tous les membres du comité qui ont des mandats dans des organisations de commerce ou de transformation de lait ! Il est en effet impossible de réunir sous une même casquette la représentation des producteurs et du commerce de lait, c’est pourquoi il faut une séparation stricte. Deux tiers des membres du comité de PSL ont actuellement ou ont eu des mandats dans des organisations de commerce de lait ou même de l’industrie de la transformation.

L’organisation des producteurs doit exiger des contrats laitiers qui fixent au moins la quantité, la qualité et le prix pour une année, comme l’exige la loi.

Le prix du lait doit couvrir les coûts de production (Fr. 0.67/ kg lait seul coût matériel) et rémunérer équitablement le travail du paysan. Nous ne voulons pas d’un prix du lait de dumping indicatif fixé sur des critères politiques ! Qui accepterait de fixer un salaire indicatif suisse sur la base du salaire minimal européen plus 10 % de Swissness ?

Nous avons enfin besoin d’une organisation paysanne qui défende la solidarité paysanne, qui défende sérieusement les intérêts des producteurs de lait, qui mette en place une gestion des quantités, qui revendique des prix équitables (1.-Fr./kg) et qui veille à leur application.

Rudi Berli

 

______

Lors de l’action devant le siège de PSL le représentant de la nouvelle coordination paysanne (NBKS) a fait la déclaration suivante :

En quoi la situation des producteurs de lait suisses s’améliore-t-elle si M. Kern participe à l’assemblée générale d’Emmi sans parler du prix du lait et en mangeant de la raclette ? Pourquoi M. Kern continue-t-il à réclamer de l’argent de l’État au lieu de commencer par faire le ménage dans l’organisation des producteurs de lait, en s’attaquant aux conflits d’intérêts de ses membres, à la fois représentants du commerce de lait et membres de l’IP-Lait ?

C’est pourtant ce que nous attendons d’un syndicat qui doit nous représenter. BIG-M a constaté que le bulletin d’observation du marché de PSL, qui fait état d’une baisse de 5 % des volumes de livraison a été publié le 22 février, deux jours après la décision de l’IP-Lait de ne pas relever le prix indicatif. PSL aurait-il raté l’occasion de faire peser cet argument en faveur d’une augmentation de prix ?

Nous avons constaté qu’entre 60 à 112 millions de Francs de primes à la transformation fromagère n’arrivent pas chez les producteurs, mais se perdent dans l’industrie pour améliorer leurs marges ou pour fabriquer des fromages bradés. En même temps PSL demande à la Confédération de maintenir les fonds pour la loi chocolatière à hauteur de 95 millions de Fr… !

Nous exigeons que la prime à la transformation en fromage ne soit plus payée à des transformateurs sans information des producteurs. L’OFAG ne contrôle pas le versement de ces primes aux producteurs, car le lait passe par plusieurs échelons contractuels. De cette manière les primes à la transformation fromagère disparaissent. Le producteur est payé pour un lait de segment C, ce qui permet à l’industrie de fabriquer du fromage avec du lait quasiment gratuit. De cette manière l’argent public des contribuables est véritablement détourné.

Dans les rapports de l’OFAG on peut lire : « Le requérant n’achète pas de lait directement du producteur. Dans le décompte sur l’achat de lait il n’y a pas d’information concernant la rétrocession des primes. Explication : le vendeur et l’acheteur de lait ont convenu que les primes faisaient partie du prix du lait. »

Les primes ont été versées sur le compte du transformateur de lait. De cette manière l’OFAG viole la loi et nuit aux producteurs de lait.

______

La séance des délégués de PSL vue par Vanessa

Grâce à l’acharnement de Berthe, Uniterre a pu obtenir une place parmi les invités à cette assemblée générale. On m’a du reste cordialement rappelé à mon arrivée que vraiment il n’était pas possible d’être plus nombreux, et pourtant, il y avait bien des places de libre à la table des invités… Se peut-il que la FPSL se méfie ?

Je ne peux qu’approuver les propos du président M. Kern : oui la situation est catastrophique, et oui il faut une unité au sein des producteurs. Quelques propositions sont faites, mais de mon point de vue, ce n’est que de la cosmétique : on n’améliorera pas la situation des producteurs en augmentant la prime SRPA pour les vaches qui vont réellement au pâturage, et pas seulement dans une courette !

Mais ce qui m’a le plus frappé, ce sont en définitive les millions engagés dans le marketing. C’est très bien de valoriser ce beau produit qu’est notre lait suisse, et les délicieuses spécialités qui en découlent, oui, mais… En l’état actuel des choses, ce sont les cotisations versées par les producteurs qui financent ces publicités, et ce sont les transformateurs et les distributeurs qui en récoltent la belle marge !

Une mention toute particulière à ce producteur fribourgeois qui a pris la parole en toute fin de séance pour dire son désarroi et sa colère, après avoir pris la décision d’arrêter la production laitière, alors que son droit s’élève à plus de 300’000 kg ! On le sait, mais cela reste un crève-cœur d’entendre de tels propos.

Enfin, la femme que je suis ne peut évidemment pas manquer de relever que nous étions bien peu nombreuses, tant du côté des délégués que celui des invités. Je n’ai pas la prétention d’affirmer que la présence des femmes aurait le pouvoir de relever miraculeusement le prix payé aux producteurs, n’empêche que j’estime que nos capacités vont largement plus loin que servir le café.

Alors je vous le demande : de qui se moque-t-on ?

Vanessa Renfer 

______

 Le comité des Producteurs Suisses de Lait PSL avec les suppléants.
Mandats anciens et actuels, en rouge les mandats au sein d’organisations de commerce ou de transformation de lait:

Hanspeter Kern, Président FPSL. Anc. Prés. VMMO, Conseil d’administration (CA) Nordostmilch AG
Ruedi Schnyder, Vice-Prés FPSL, TMP Prés,T-Mipor AG Prés, CA Prés. Säntis Holding AG
Christophe Noël, Vice-Prés FPSL, FSFL, SE La Molière, Prés
Hanspeter Egli, Genossenschaft Vereinigte Milchbauern Mitte-Ost (VMMO), anc. CA-Nordostmilch AG
Urs Werder VMMO
Alfred Preisig, VMMO, Suppléant
Karl Häcki, VMMO, CA MOOH
Ernst Bachmann, VMMO, anc. CA Vice-prés. Nordostmilch AG, CA MOOH
Christian von Känel, BBV, membre comité PO LOBAG, anc. Aaremilch AG Prés ,Délégué IP-Lait
Ulrich Fahrni, BBV
Andreas Schaad , BBV
Adrian Affolter, BBV, Suppléant anc. Dir Lobag Milch AG, Dir PO LOBAG
Thomas Oehen, ZMP Prés comité ZMP, Prés Regionalausschuss ZMP, Dir Ausschuss Personelles ZMP ,Délégué IP-Lait, Prés CA ZMP Invest AG, Emmi AG – Vice-prés CA Emmi AG, Membre Prüfungsausschuss, Agrarbeirat Emmi AG
Pirmin Furrer , ZMP, Suppléant (Dir ZMP)
Christian Arnold ZMP, Comité ZMP, Délégué ZBB, Délégué IP-Lait, CA Emmi AG, CA Caseificio Airolo
Jürg Fatzer, TMP, Suppléant, Dir TMP
Marc Benoit Prolait, anc. CA Orlait-FLVF, CA Prés. Prolait Fédération Laitière, Prés. Plateforme Prolait
Didier Roch, Prolait, anc. CA Orlait-FLVF, CA Viceprés. Prolait Fédération Laitière, Interprofession du Gruyère (IPG) Comité
Eric Glauser, Prolait, Suppléant, CA Proloait Fédération Laitière
Schreiber Daniel, MIBA, Prés Féd.Laitière, CA Vianco AG, CA MOOH
Christophe Eggenschwiler, MIBA, Suppléant Dir MOOH
Yerly Gabriel FSFL, Fromagerie Mézières Viceprés, CA, Prés FSFL, anc. CA Cremo
Nicolas Savary, FSFL, Viceprés. CA FSFL, Suppléant
Andreas Hitz, MPM, PMO MIMO Prés, Mittellandmolkerei AG CA Viceprès, AZM Verwaltungs AG, Prés, Swisslab CA, Vianco AG, CA
Jürg Dummermuth, MPM, BEMO, Suppléant
Thomas Hirsbrunnner, BEMO, Viceprés BEMO, Milchring Oberaargau, Prés.
Emilio Bossi, FTPL, PO FTPL, Viceprés., Fela CA Präs., Gusto Ticino, CA
Olivier Berlie, FLRG, Groupe LRG,Prés.
Bernard Treboux, FLRG, Suppléant, CA Groupe LRG
Laurent Tornay, FLV, anc. Vallait
Michel Bonjean, FLV, Prés. FLV, APLC Valais Prés
Stevie Molliez, FLV, Suppléant