Retour sur l’Assemblée générale d’Uniterre 2017

logo uniterre-SANS-agric-durableNous nous sommes retrouvés le 7 avril à Yverdon pour l’Assemblée générale Uniterre. Après la lecture de son rapport sur « une année 2016 marquée par une actualité assez chargée pour le comité dans la recherche de solutions à proposer pour améliorer la situation désastreuse dans laquelle se trouve l’agriculture aujourd’hui. », Charles-Bernard Bolay, Président, a insisté sur le fait que désormais, nous serons peut être quasiment les seuls « à mener à terme une initiative visant à améliorer les conditions de l’agriculture en Suisse ».

 

En effet, l’initiative de l’USP a été retirée au profit d’un contre-projet et il est possible que les Verts retirent également la leur. Nous avons ensuite accueilli officiellement les 2 nouvelles sections d’Uniterre : Argovie et Berne. Le secrétariat a présenté le rapport de tous les chantiers accomplis en 2016 (à retrouver dans le PV ou le rapport directement).

Les nouvelles orientations stratégiques 2017-2018 ont été présentées : elles font suite au 2 réunions stratégiques qui ont eu lieu avec le comité élargi et le secrétariat les 20 janvier et 24 février 2017 pour faire un bilan des années passées, revisiter nos valeurs et nos projets en cours, voir comment il était possible de diminuer la charge de travail trop importante du secrétariat et surtout réfléchir à la forme de la structure et à la dynamique du mouvement. Deux propositions ont été soumises à l’Assemblée : rester un syndicat paysan de base où chacun des membres puisse réellement s’investir et trouver sa place ou, de manière provocatrice, devenir une ONG menée par un secrétariat professionnel. La décision des membres a été claire : Uniterre doit rester une association paysanne de base.

 

Redynamiser le mouvement

En conséquence, cela passe inévitablement par le besoin d’insister sur l’importance d’un plus fort leadership du comité directeur : ce qui nécessite une présence plus importante et régulière des délégué-e-s des sections aux séances du comité ; et de manière générale une pro-activité renforcée sur les dossiers ; mais aussi une participation plus active des paysans d’Uniterre dans les différents espaces à disposition (commissions thématiques, sections cantonales, réseaux d’alliés, prises de paroles dans des soirées publiques, etc.) Le secrétariat redeviendrait ainsi un appui technique, méthodologique et thématique et non le capitaine du navire.

Il a également été proposé d’ouvrir le droit de vote aux sympathisants afin de les encourager à participer à la vie d’Uniterre, ce qui a engendré un changement dans les statuts accepté par les membres.

Il a également été décidé, afin de soulager le travail du secrétariat, de diminuer la fréquence de parution du journal en français à tous les deux mois; cela a engendré de vives réactions, mais nous ne pouvons pour le moment trouver une autre solution.

 

Une recherche de fonds nécessaire et urgente

Enfin, afin de faciliter la recherche de fonds et l’engagement de stagiaires, civilistes,…, il est important d’obtenir le statut « d’utilité publique ». Or, pour cela, il est nécessaire de supprimer le terme « syndicat » des statuts. De vives réactions à cette suppression ont été exprimées, craignant la perte de cette valeur syndicale. Le comité a répondu que cette suppression du terme « syndicat » des statuts seulement n’enlèverait en rien l’âme syndicale d’Uniterre. Nous restons profondément attachés à nos valeurs. La situation financière d’Uniterre étant actuellement très critique, il nous semble néanmoins un atout de pouvoir obtenir cette reconnaissance. En effet, nous sommes actuellement en campagne de recherche de fonds car, même si les comptes et budget 2017 ont été approuvés par les vérificateurs et les membres, le rapport des vérificateurs et du comité de gestion n’a pas été sans rappeler « la situation financière grave pour 2017 qui met en péril la pérennité d’Uniterre. »

 

Changements dans les statuts

Plusieurs propositions pour remplacer le terme « syndical » dans les statuts ont été faites. La proposition approuvée est le terme «  paysanne ». Cela nous donne : « UNITERRE est une organisation paysanne [… ]». Toujours concernant les statuts, il a été ajouté au chapitre II, Art. 9 la phrase « ou des organisations qui partagent les buts d’Uniterre », afin de permettre aux organisations de pouvoir voter. Concernant la proposition de permettre aux sympathisants de voter, la dernière phrase du Chapitre I, art. 5 a été supprimée, à savoir « Les sympathisants, personnes ou sociétés, peuvent participer aux délibérations à titre consultatif lors des prises de décisions des divers organes de l’organisation. » Enfin, il a été proposé d’ajouter dans l’art.17, le terme « paysan » : « La présidente ou le président d’Uniterre et des sections doivent être paysans. » : Toutes ces modifications ont été approuvées par les membres. Les statuts modifiés sont  accessibles ici (en français / ou en allemand).

 

L’initiative en ligne de mire

Nous avons fait le point sur l’initiative sur la souveraineté alimentaire. Le message du Conseil fédéral a été publié en février 2017 (rejet sans proposition de contre-projet direct). Nous travaillons actuellement sur ce document pour nous préparer pour la consultation de la Commission économie et redevances qui aura lieu le 15 mai. Il est également très important en 2017 de concentrer le travail de l’Alliance pour la souveraineté alimentaire sur la recherche de fonds pour vraiment démarrer la campagne en 2018, après la votation sur le contre-projet à l’initiative sécurité alimentaire. Il a été rappelé que nous avons besoin d’un engagement fort des membres d’Uniterre dans la campagne : aide, prises de parole, formation, recherche d’alliés, de fonds…

Enfin, concernant la Présidence d’Uniterre, Charles-Bernard Bolay a accepté de continuer à assumer la Présidence une année de plus. Cependant, le comité directeur se doit de chercher dès aujourd’hui des candidat-e-s potentiel-le-s pour reprendre la Présidence d’Uniterre en 2018. La place de Jakob Alt, vice Président décédé fin 2016 n’a pas été repourvue. La Présidence 2018 peut se composer, comme le proposent les statuts d’un-e Président-e, d’une co-Présidence ou d’une Présidence avec des vices-Présidents. Avis aux amateurs-trices !

L’AG s’est achevée avec un petit apéro composé des spécialités des membres !

Berthe Darras